Quels horizons peut ouvrir l’indépendance ?

0
425

Cette semaine ce ne sera pas un éditorial de ma part mais un texte écrit par Franck Delaby en réponse à l’éditorial de la semaine dernière.

Voici donc son texte et merci à lui pour ce partage :


 

L’indépendance est, pour une personne, l’état de liberté, d’autonomie et une manière donc de ne pas dépendre de quelqu’un ou de quelque chose. Dans le cheminement d’une existence de la naissance à la mort de l’individu, l’une des grandes caractéristiques essentielles de cette existence est le conditionnement qui fait de l’individu une grande dépendance.

Au lieu de faire de l’individu un être libre et autonome exponentiellement, force est de constater qu’il est soumis à une forte forme de dépendance par nécessité de faire son chemin déjà tout tracé malgré lui tout en étant utile à la collectivité, de sa naissance à sa mort et bien après d’ailleurs, en dépit d’une illusion de liberté et d’autonomie réelle et efficiente.

Si l’on prend du recul, il n’est pas difficile de s’apercevoir que pour réussir dans la vie, il faut suivre des codes et des règles établi(e)s, et donc entrer dans un moule identique pour chacun et chacune en intégrant le collectif sociétal (social, cultuel,culturel, professionnel, etc…), parce que tout est conçu ainsi.

Seulement chaque personne étant unique et singulière, la primauté du collectif sur l’individuel, sans parler d’individualisme, l’emporte et étouffe toutes possibilités et volontés efficientes de développer le véritable potentiel qui exprime la personnalité et la personne de chacune et chacun, donc l’individualité singulière et particulière. L’humain est conditionné et conditionnable à merci et à dessein !

Alors certes, certaines et certains diront qu’ils/elles sont pleinement libres de leurs choix tout en étant intégré(e)s collectivement et au groupe, toutefois nombres de choix sont déjà imposés par les traditions, les conventions, les convictions, la condition et le rang social, ainsi que l’organisation de la vie qui n’est que la continuité de ce que les prédécesseurs ont mis en oeuvre et vécus, en n’en changeant la forme plus que le fond par nécessité d’évolution.

Ainsi pour schématiser, le déroulement de vie d’une personne se résume à une naissance dans un contexte donné spécifique en fonction du lieu, du temps, des origines sociales, cultuelles, culturelles, politiques, économiques, de la situation conjoncturelle du moment etc…, qui vont déterminer le niveau de conditionnement de la personne et qui s’appelle l’éducation, l’environnement, etc. !

Au delà du développement psychomoteur de la personne qui commence dès les premiers souffles de vie et qui dureront jusqu’à la mort en somme, même si dans la réalité cela s’arrête à un stade très jeune par convention et conditionnement sociétal, la personne va connaître des étapes particulières qui sont déjà établies en lui permettant de faire et de réussir une vie selon les règles conventionnelles avec une illusion de liberté de choix.

Ainsi il y aura l’étape de l’enfance avec les premières années d’écoles, suivi de l’adolescence avec les premiers émois, la continuité de la phase d’apprentissage scolaire suivie de l’apprentissage professionnel pour acquérir des compétences en vue d’un travail et d’une entrée dans la vie active qui débutera une vie d’adulte, avec, comme pour les prédécesseurs, la possibilité voire la nécessité d’une vie familiale, au cours de laquelle l’essentiel tournera autour du travail, de la famille et de son intégration à son lieu géographique en étant parfaitement et collectivement intégrée pour apporter sa richesse matérielle et humaine comme convenu et établi depuis des générations, puis arrivera la période de vieillesse et la fin inéluctable.

Ceci est assez simpliste comme schéma, mais il est la trame générale d’une vie imposée malgré soi par traditions, par conventions, par conditions, etc… Et durant toute cette vie, la personne aura l’illusion d’avoir été libre de ses choix, alors qu’elle n’aura saisi et entrepris que ce que son contexte spécifique lié à sa naissance lui aura permis de faire sans trop vraiment savoir le pourquoi et le comment, si ce n’est d’être entrée dans le moule et d’avoir fait sa vie à l’image assez mimétique de tout à chacun et toute à chacune, passé, présent et futur.

Aussi, toute l’existence d’une personne repose essentiellement sur une dépendance par traditions, conventions, conditions et rang sociaux, règles établies et convenues, ainsi que mouvement de masse et collectif, mais peu à la véritable indépendance de l’individu pour être et devenir soi-même en développant de manière efficiente son potentiel, sa personnalité et sa personne tout en étant parfaitement intégré au collectif sans devoir s’effacer au nom du collectif comme cela se fait depuis la nuit des temps et aujourd’hui encore.

Or l’indépendance peut ouvrir comme horizon un champs des possibles infinis et exponentiels dans le développement de la personne au delà de ce que le collectif peut apporter par le nivellement, l’uniformisation, le conditionnement, les conventions, les convictions, l’effet de masse et de groupe archaïque et pyramidal,etc… !

Et dans le cadre du travail, il ouvre l’horizon d’une large marge de manoeuvre, d’une organisation, d’une méthodologie, d’un sens pratique et pragmatique qui s’affranchissent plus aisément des codes et règles établi(e)s, des conventions, de l’effet pyramidal et hiérarchique, des lenteurs et des freins liés à des facteurs divers et variés (personnes, intérêts, ambitions, carrières, argents, spéculations, orientations d’actions (objectifs (au sens des fins) qui parfois divergent des moyens donc des actions entreprises.)).

L’indépendance, comme la définition l’exprime, se veut détacher de tout attachement par nécessité d’autonomie et de liberté pour donner la pleine expression à la pensée, à la parole et à l’acte. Toutefois, elle est difficile à mettre en oeuvre pour des raisons sociales, matérielles, financières, environnementales, mais surtout humaines. Car être indépendant signifie n’être dépendant de rien, ni de personne, donc ne pas intégrer et entrer dans le moule par nécessité d’être, de rester soi-même, d’être autonome, mais surtout de se détacher de ce qui conditionne et empêche le plein épanouissement de l’être corps-coeur-esprit pour être et évoluer librement, mais surtout intelligemment!

L’indépendance est à l’instar de l’univers un gage d’infini et l’ouverture à un champs des possibles hors de l’entendement humain et des conventions humaines ! Mais c’est très difficile, voire impossible parfois, à mettre en oeuvre parce-que l’humain n’est pas maître de son contexte et que pour vivre, il lui est obligé d’être dépendant, à moins de devenir marginal et de ne vivre que de l’essentiel sans intégrer et s’intégrer, car partout où il sera il devra faire avec les personnes, le contexte politique, économique, social, culturel, cultuel, les traditions et conventions, mais surtout un état d’esprit suffisant, orienté, médisant, cancanier, vénal, ambitieux, vaniteux, bourré d’aprioris, de préjugés et d’idées reçus, conventionnel, convictionnel et j’en passe et d’autres !

Toutefois, l’indépendance est le seul moyen qui ouvre à la personne un horizon plus large qu’une vie conventionnelle et dépendante de ce qui est imposé par conventions, convictions, règles établis, traditions, etc… qui étouffent toutes volontés individuelles exponentielles sans être individualistes ! L’humain est un être juste utile, conditionné et conditionnable à merci et à dessein !

Aussi que celles et ceux qui veulent être indépendants/indépendantes socialement, mais surtout professionnellement comme dans le cadre de ce blog, lancez-vous en n’omettant pas de bien intégrer la réalité contextuelle des contingences humaines, matérielles, financières, sociales, etc…, car c’est une véritable dynamique d’épanouissement et d’enrichissement, par choix et pour soi, sans pour autant être individualiste et tout en pouvant être parfaitement intégré socialement voire collectivement, et de manière plus efficiente qu’avec le collectif qui tente à niveler, à uniformiser, à conditionner, etc… !

— Franck Delaby

Laisser un commentaire