Qui trop embrasse mal étreint

2
892

Qui trop embrasse mal étreint

Je suis en train de travailler sur un programme pour vous aider à Diriger et Gérer votre activité d’entrepreneur indépendant (ça sortira cet été), et j’ai réalisé, en rédigeant le plan d’un des modules, à quel point j’avais du mal à ne faire qu’une seule chose à la fois…

J’ai très longtemps cru qu’être multitâche était une solution efficace, que pouvoir faire plusieurs choses de front c’était bien pratique et vraiment « productif », et j’en suis revenu.

J’en suis revenu non seulement en m’apercevant par moi-même que lorsque je me mettais à fond sur un sujet, et un seul, j’y arrivais plus vite et mieux, mais aussi à la lecture de nombreux livres et études sur le sujet.

J’en suis revenu intellectuellement, ce qui ne m’empêche pas de retomber dedans. Je peux par exemple me fixer sur une tâche et au bout d’une heure être en train de faire totalement autre chose (cela m’arrive par exemple quand je n’utilise pas Pomodoro avec Musique et casque).

A mon sens, là où le multitâche devient un soucis, c’est quand vous avez vraiment besoin de finir quelque chose, et ça, quand vous êtes un indépendant, ça arrive assez souvent.

Je me suis aperçu, au fil du temps, que le principal défaut du multitâche était de ne jamais finir la tâche commencée. Par exemple vous commencez un tâche A, finissez sur une tâche E en ayant entamé les tâches B, C et D, et aucune de ces tâches n’est terminées.

En soi pourquoi pas, j’ai vécu prêt de 50 ans comme ça et ça n’a été que rarement un soucis. Là où il y a eu un problème c’est quand j’ai été livré à moi-même, quand je suis devenu indépendant.

Entamer plein de choses et ne rien finir générait chez moi de l’incertitude, du stress, et de l’insatisfaction. C’est d’ailleurs pour ça que je l’ai  mis dans la liste des causes de stress sur la gestion de votre temps.

A partir du moment où j’ai découvert ça, j’ai fait en sorte de ne faire qu’une chose à la fois dans ma vie pro, notamment en utilisant la méthode Pomodoro et en établissant des priorités sur ce que je dois faire. Depuis 1 an cela fonctionne plutôt bien, j’ai juste compensé en étant 2 fois plus multitâche dans ma vie « privé », où ne rien finir ne me gène pas.

Le but de cet édito ? Vous expliquer que les contextes sont importants, que le multitâche quand vous êtes un professionnel seul peut devenir limitant et que ce n’est pas irrémédiable.

À bientôt,
Eri Schön

(ce post a été initialement publié le 06 juin 2016)

2 COMMENTAIRES

  1. Ne pas confondre polyvalence et polycompétence ! … et se poser les bonnes questions : pourquoi ? , pour quoi faire ? , quoi faire ? , comment faire ?

Laisser un commentaire