Atteindre son idéal de vie grâce au marketing

2
993

30Atteindre son idéal de vie grâce au marketing

Il y a 2 jours une personne m’a demandé « A quoi pouvait bien servir le marketing pour un coach ?!« . Au ton de sa voix, à sa posture et à la tournure de sa phrase j’ai bien compris qu’elle avait déjà sa réponse… Je n’ai pas pu m’empêcher d’être provocant et de lui répondre : « à pas grand chose, juste à réaliser son idéal de vie…« .

Je vous passe le reste de la conversation, cela a été beaucoup moins animé que je ne l’aurais cru.

En fait j’étais provocant mais totalement sincère. Je pense vraiment que le marketing peut nous permettre de réaliser notre idéal de vie…. Je m’explique… mon raisonnement est très simple (et même simpliste pour certains) :

Mon activité de coach et de consultant doit me permettre d’obtenir le style de vie que je veux : mon idéal de vie.

Pour qu’une activité commerciale réussisse elle a besoin de clients.

Ce qui permet de faire le lien entre une activité et ses clients potentiels et qui permet ainsi d’avoir des clients c’est le marketing.

Donc pour réaliser mon idéal de vie j’ai besoin du marketing, CQFD…

Dans ce raisonnement il n’y a qu’un point sur lequel nous pouvons ne pas être d’accord : le fait que notre activité doit ou non servir notre idéal de vie.

De mon point de vue, et quelques soit les motivations qui nous ont poussées ou attirées vers le métier de coach (ou consultant), une fois le pas franchit il faut avoir un objectif  à atteindre, sinon l’activité périclitera, faute de motivation suffisante.

Enfin c’est ma croyance…

Et vous, quelle croyance avez-vous sur le marketing ?

A bientôt,
Eri Schön

(ce post a été initialement publié le 04 mai 2016)

2 COMMENTAIRES

  1. #Coaching #Travail #Emploi #indépendant #indépendante #Activités #Développement #Objectif #Marketing #BLOGDMA

    Voici un texte simple (sans être simpliste), concis et précis !

    Quelque soit le métier d’indépendant (et le métier en général) choisi, il est difficile d’échapper à l’étape marketing, car pour travailler et vivre de son emploi, tout en en faisant son idéal de vie, il faut des clients. Cependant, cela va dépendre de la manière de s’y prendre et des objectifs à atteindre.

    Ainsi si je prends la définition du marketing, il « peut être défini comme l’ensemble des actions ayant pour objectifs d’étudier et d’influencer les besoins et comportements des consommateurs et de réaliser en continu les adaptations de la production et de l’appareil commercial en fonction des besoins et comportements précédemment identifiés. »

    Le consommateur ou le client va être la manne substantielle à l’équilibre et le maintien de son activité, seulement il y a deux voies possibles en terme de marketing.

    La première est de se servir de, de créer et de susciter le besoin au point d’influencer le client en terme de comportement commercial, le poussant à dépenser toujours et encore et permettre ainsi d’engranger de l’argent. Cela s’appelle se servir de. Tout en sachant que les petites rivières faisant les grands fleuves, il suffira d’appliquer cela au grand nombre pour faire un maximum d’argent. C’est la base même de la société de consommation. Le client ou le consommateur est au service d’une économie pour tout et n’importe quoi, même pour des choses dont il n’a absolument pas besoin et qui sont futiles et inutiles, mais dont on suscitera le besoin par nécessité de le pousser à consommer toujours et encore !

    La deuxième est de se servir, de créer et de susciter un besoin au point non pas d’influencer, mais d’apporter son influence en terme de service tout en se faisant rémunérer, car tout travail mérite salaire, pour servir autrui essentiellement et non l’inverse. Il y a un désir de rentabilité par nécessité d’équilibre, mais certes pas le désir d’enrichissement au détriment d’autrui. Il s’agit d’apporter sa propre richesse à autrui qui n’a de valeur que ce qu’il en sera fait et obtenu pour autrui qui apportera sa contribution financière comme juste retour des choses, car tout individu doit vivre de ce qu’il gagne étant donné que rien n’est gratuit.

    Pour ma part, le travail d’indépendant m’a juste poussé à faire du marketing sans le savoir et le plus naturellement du monde en cherchant des clients par rapport à un besoin bien réel en la matière, mais sans chercher à influencer un comportement ou autre et sans désir de capitalisation comme cela se fait de manière générale et dans de nombreux métiers.

    Aussi l’unique croyance que j’ai du marketing c’est qu’il est difficile de ne pas y passer, mais il n’y a qu’un seul des aspects qui vaille la peine et qui repose sur des actions à mener pour étudier les besoins en rapport avec l’activité ou le service proposé, afin de bien cibler et trouver des clients. Mais aussi de réaliser en continu les adaptations de l’activité ou du service en fonction des besoins de chacun et de chacune. Je laisse la part purement vénale et intéressée à celles et ceux qui ont un goût invétéré pour l’argent plus que l’humain en se servant de lui au lieu de lui rendre service ! Ce n’est d’ailleurs pas le même enrichissement en terme d’investissement. Pour l’un c’est matériel et fiduciaire au profit de celui ou celle qui pousse à la consommation, pour l’autre c’est essentiel et humanitaire, mais également salutaire pour celui ou celle qui apporte son service et celui ou celle qui le reçoit !

    😉 Bien à vous.

    Mr Franck Delaby

Laisser un commentaire